LA PEUR D'ÊTRE INFECTÉ

En ce temps de pandémie, les mesures préventives mises en place (lavage des mains, distanciation sociale, port du masque...) nous incitent à rester vigilant. Ressentir la peur d'être infecté par le coronavirus est bien légitime, surtour avec le nombre de cas qui ne cessent d'augmenter.

Se pourrait-il cependant que cette peur d'être infecté devienne parfois excessive et même irrationnelle? À titre d'exemple, un patient qui, depuis le début de la pandémie, se lave les mains une trentaine de fois par jour étant donné sa peur d'être infecté par le virus. L'anxiété est tellement forte qu'il pose ce geste de façon compulsive pour tenter de se calmer, et ce dès qu'il touche à un objet.

Mais où est la ligne entre la peur réelle d'un danger qui nous menace et la peur excessive qui déborde sans raison? Cette ligne est difficile à tracer, mais chose certaine, si l'on veut passer au travers la pandémie sans trop de séquelle psychologique, autant individuellement que collectivement, il semble souhaitable de prendre soin de cette partie de soi qui a peur, plus particulièrement l'excès qu'il peut en résulter.

La difficulté est que cette peur d'être infecté touche à une peur encore plus viscérale, soit la peur de mourir, qui peut se loger profondément dans notre inconscient. Elle touche ainsi à notre instinct de survie, ce qui met en branle des mécanismes de défense afin de se protéger contre une menace extérieure.

Lorsque la peur d'être infecté est trop présente, elle peut donc affecter notre quotidien et se manifester de différentes façons. Entre autres, par une plus grande fragilité émotive et une sorte d'insécurité qui nous rendent inconfortable. Une méfiance vis-à-vis les autres peut aussi se développer, sans que l'on s'en rendre compte, avec une tendance à se replier sur soi-même. Ceci peut amener des symptômes dépressifs (tristesse, fatigue, difficulté à se concentrer, manque de motivation...)

Si l'on veut prendre soin de soi dans cette période difficile, une des façons est d'observer le mieux possible ses pensées afin de dénouer des peurs excessives qui peuvent se présenter. Ce n'est pas exercice simple, mais ceci peut nous permettre de rétablir un équilibre et de se renforcer intérieurement. Ceraines approches thérapeutiques (psychologie, acupuncture, ostéopathie, massothérapie, yoga...) ont le potentiel de nous aider dans cette démarche.

Martin Moisan, M.D.
Kanesatake Health Center
12, Joseph Swan
Kanesatake (Québec)
J0N-1E0

© Copyright 2020
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés pour tous les pays. 
info@editionsdakyil.com